Etude de l’efficacité et la tolérance du traitement antirétroviral dans la ville de Goma

Revue de l'Infirmier Congolais

Résumé

Introduction. La thérapie antirétrovirale permet de réduire considérablement la morbidité et la mortalité liée au SIDA en ralentissant la réplication du VIH à tel point que la charge virale dans le sang soit indétectable. En RDC, peu d’études ont été réalisées sur l’efficacité de cette combinaison jusqu’à nos jours. La présente étude a pour but d’évaluer l’efficacité et la tolérance du TARV à 12 semaines de traitement.

Méthodologie. Nous avons réalisé une étude transversale rétrospective et analytique sur 12 mois de traitement concernant les patients inclus durant cette période qui s’est déroulée du 1er Février 2020 au 30 Avril 2021. Nous nous sommes servis d’un échantillon de 375 patients dont 48 en échec thérapeutique et 327 cas de succès qui étaient considérés comme cas témoins. Les cas (n = 48) étaient constitués par tous les patients en échec thérapeutique, défini par une mauvaise réponse virologique et/ou immunologique et/ou clinique au traitement antirétroviral. Nous avons utilisé les proportions pour décrire les variables qualitatives et les moyennes pour les variables quantitatives. Pour l’analyse multivariée, nous avons cherché à modéliser la probabilité de l’échec thérapeutique d’un patient VIH connaissant les caractéristiques du patient, les facteurs liés au système de santé et au patient.

Résultats. La tranche d’âge de 31-45 ans a été la plus représentée, 59,6% avec un sexe ratio de 1,32 en faveur des hommes. Pour la profession, les commerçants et les ménagères étaient les plus représentés. A l’inclusion, les patients présentaient les signes suivants : la candidose buccale (51%), la toux (37%), la fièvre (33,3%), la diarrhée (25,5%), le prurigo (15,7%). Ces signes cliniques étaient significativement réduits au 1er et 3ème mois, absents au 6ème et 12ème mois de suivi. A l’inclusion, plus de 19,6% des patients avaient un indice de Karnofski entre 80 et 100%. Au 12ème mois 100% des patients régulièrement suivis avaient un indice de 80 à 100% (Khi2 de Mac Nemar = 38,03 et p<0,001). On notait une évolution favorable sous traitement avec une proportion des patients au stade I passant de 1,96% à l’inclusion, à 70,58% au 1er mois, 88,37% au 3ème mois et 100% au 6ème et 12ème mois de suivi (Khi2 de Mac Nemar = 40  et p<0,001 pour le 1er mois ; Khi2 de Mac Nemar = 47  et  p<0,001 pour le 3ème mois).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *